28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 10:25

4 janvier 2013 : sortie terrain basse vallée de Punaru'u, Tahiti Nui (Société)

Première sortie sur le terrain de l'année, dans la basse vallée de Punaru'u (commune de Puna'auia) sur la côte nord-ouest de Tahiti Nui, avec Noëlla TUTAVAE-ESTALL et Ravahere TAPUTUARAI de l'association de protection de la nature "Te Rau 'Ati 'Ati a Tau a Hiti Noa Tu", dans un vallon situé... face au dépotoir municipal à ciel ouvert, en amont de la plus grande Zone Industrielle de l'île ! 

Photo 1 (cliché : JYM) : montée dans les ravins situés sous la crête de Teivirairai-Aranuanua, en forêt mésophile à hygrophile de basse altitude entre 150 et 350 m d'altitude, sur pente forte soumise à une érosion intense pendant cette "saison des pluies" : glissements de terrain, éboulis, chablis. La présence d'espèces indigènes et endémiques -reliques des forêts naturelles "primaires"-, d'espèces d'introduction polynésienne -témoignage de l'occupation humaine ancienne- et d'espèces plus récemment introduites (pendant la période européenne), naturalisées à envahissantes, en fait un habitat "nouveau" ou "hybride".

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Noella & RavaTahiti-Punaruu-4 janvier 2013-vallon boisé

 

Photo 2 (cliché : JYM) : tronc de Neonauclea forsteri (Rubiaceae, "mara" en tahitien, "eatea" selon GUILLEMIN, 1837), grand arbre indigène caractéristique des forêts hygrophiles de basse et moyenne altitude dans les îles de la Société, anciennement exploité pour la construction de pirogues polynésiennes puis de mâts pour les navires européens. Selon un ancien récit de la création ("l'Ordre définitivement établi", transmis en 1840 par les grands-pères Tamera et Mo'a au Révérend John M. ORSMOND, publié par sa petite-fille Teuira HENRY en 1928), l'arbre abritait autrefois la perruche endémique Cyanoramphus zealandicus (Psittacidae, " 'a'a" en tahitien), espèce éteinte au milieu du 19ème siècle : "E mara te ra'au, e a'a taevao te manu e fa'aea i tona 'ama'a, i te aro o Atea".

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Neonauclea troncCyanoramphus zealandicus 1849

Photo 3 (cliché : JYM) : tapis de plantules de Neonauclea forsteri sur un rocher moussu, indiquant une régénération active malgré la forte "secondarisation" des forêts hygrophiles de basse et moyenne altitude.

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Neonauclea forsteri plantules

Photo 4 (cliché : JYM) : inflorescence d'Alocasia macrorrhizos (Araceae," 'ape" en tahitien, "kape" en paumotu, introduit par les polynésiens pour son tubercule comestible) appelée "spadice", caractéristique de la famille des Aracées : l'épi charnu, entouré d'une grande bractée ("spathe"), porte les fleurs femelles à sa base et les fleurs mâles au dessus.  Chez certaines Aracées, la portion supérieure de l'inflorescence est modifiée en un organe stérile allongé ("appendice") qui agit comme principale source de chaleur ("thermogénèse") qui contribuerait à la volatilisation de substances odorantes attirant les insectes pollinisateurs (mouches, abeilles, coléoptères...).

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Alocasia inflorescence 

Photo 5 (cliché : JYM) : frondaison d'un arbre à pain Artocarpus altilis (Moraceae, " 'uru") aux feuilles découpées (variété dite "maire" en raison de sa ressemblance avec la fronde de la fougère indigène Microsorum commutatum, Polypodiaceae). D'autres arbres d'introduction polynésienne et naturalisés comme Inocarpus fagifer (Fabaceae, "mape" ou "rata"), Aleurites moluccana (Euphorbiaceae, "ti'a'iri ou "tutu'i") et Morinda citrifolia (Rubiaceae, "nono" ou "noni") sont communément observés dans ce type d'habitat, appelé forêt "secondarisée" ou "anthropique", actuellement dominé par des arbres d'introduction plus récente et envahissants comme le tulipier du GabonSpathodea campanulata (Bignogniaceae).

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Artocarpus feuilles maire

 

 

 

 

 

 

Photo 6 (cliché : JYM) : fruits et graines de Claoxylon taitense (Euphorbiaceae, "manono" selon NADEAUD, 1873), petit arbre endémique de la Société, pouvant atteindre 10-12 m de hauteur sur le site où il est peu commun en forêt hygrophile. 

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Claoxylon fruits & graines

Photo 7 (cliché : JYM) : inflorescence de Tarenna sambucina (Rubiaceae, également appelé "manono"), petit arbre indigène peu commun en forêt de transition méso-hygrophile sur le site, avec les arbres Celtis pacifica(Ulmaceae), Cyclophyllum barbatum (Rubiaceae, "toro'ea" ou "torotea") et l'arbrisseau Jossinia reinwardtiana(Myrtaceae, "totoe" selon GUILLEMIN, 1837). Ces espèces ligneuses ont toutes des fruits charnus disséminés par les oiseaux frugivores, dont le ptilope de la Société Ptilinopus purpuratus (Columbidae, " 'u'upa" en tahitien), petit pigeon endémique encore relativement commun dans les forêts naturelles ou anthropiques jusqu'à 900-1000 m à Tahiti.

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Tarenna infl

 

 

 

 

 

 

Photo 8 (cliché : JYM) : champignon (encore non identifié !) sur tronc mort d'Hibiscus tiliaceus (Malvaceae, "purau" ou "fau"), arbre indigène très commun.

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-champignon rouge

Photo 9 (cliché : JYM) : grandes feuilles lobées à face inférieure pubescente de Gyrocarpus americanus subsp.americanus (Hernandiaceae, "oporovainui" selon NADEAUD, 1873), grand arbre indigène aux fruits secs ailés (en forme de samare) autrefois trouvés dans les "ravins secs et pierreux...sur les régions élevées de l'île" (NADEAUD, op. cit.), aujourd'hui extrêmement rare à Tahiti (un seul arbre actuellement connu dans la nature, découvert sur le site par Walter TEAMOTUAITAU en juin 2005) et classé "espèce protégée" par la réglementation en Polynésie française. L'espèce est également devenue rare aux îles Samoa où ses fruits étaient autrefois lancées par les enfants pour les faire tournoyer (d'où son nom local de "vili" ou "vilivili" selon WHISTLER, 2004).

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Gyrocarpus feuillesGyrocarpus jacquinii

 

 

 

 

 

 

 

Photo 10 (cliché : JYM) : feuilles trifoliées de Crateva religiosa (Brassicaceae, anciennement Capparidaceae), autrefois plus commun dans les îles de la Société et dessiné par Sydney PARKINSON lors du premier voyage de James COOK en 1769, actuellement rare dans la nature à Tahiti. Son nom tahitien ("pua veo veo" selon NADEAUD, 1873) et anglais ("Stinky willie") se réfère à l'odeur nauséabonde de ses grandes fleurs.

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Crateva religiosaCrateva religiosa (Parkinson)

 

 

 

 

 

 

 

Photo 11 (cliché : JYM) : feuilles de Christiana vescoana (Malvaceae), petit arbre endémique de Tahiti et Mo'orea où il est rare et menacé de disparition (espèce protégée en Polynésie française) en raison de la destruction ou la secondarisation de son habitat naturel, les forêts mésophiles de basse altitude. L'espèce avait été collectée pour la première fois dans la Punaru'u en 1896 par le botaniste Jean NADEAUD au lieu-dit "Tetaara" (sous le nom Berrya vescoana) et illustré dans l'ouvrage "Illustrationes Florae Insularum Maris Pacific" de E. DRAKE DEL CASTILLO (1886-1892).

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Christiana feuilleberrya vescoana affine

 

 

 

 

 

 

 

Photo 12 (cliché : JYM) : Pisonia grandis (Nyctaginaceae, "puatea"), grand arbre indigène communément trouvé sur les îlots sableux ("motu") des atolls ou les falaises littorales aux Marquises, avec une petite population observée sur le site vers 200 m d'altitude en forêt secondarisée avec manguiers Mangifera indica (Anacardiaceae), caféiersCoffea arabica (Rubiaceae) et ylang ylang Cananga odorata (Annonaceae, "moto'i") d'introduction moderne.

 Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-Pisonia grandis     

Photo 13 (cliché : JYM) : nid et oeufs de couleur bleuâtre de Zosterops lateralis (Zosteropidae, "silvereye", appelé localement "vini à lunette"), petit passereau introduit à Tahiti en 1937 et devenu l'oiseau le plus commun de l'île, trouvé jusqu'aux plus hauts sommets et assurant la pollinisation des fleurs et la dispersion des petits fruits charnus de plantes introduites, indigènes et endémiques : un exemple d'interaction complexe entre espèces, et du "nouvel ordre écologique mondial" ("New ecological world order" selon HOBBS et al., 2006) !

Tahiti-Punaruu-4 janvier 2013-nid & oeufs Zosterops

 

5 janvier 2013 : Adieu Ratator...

Décès de notre collègue et ami Michel PASCAL, surnommé  "Ratator", à l'âge de 65 ans...

Ecologue (directeur de recherche à l'INRA, Rennes), grand spécialiste de la lutte contre les rats envahissants (d'où son surnom !) dans les écosystèmes insulaires - des petites îles de Bretagne et de Méditerranée, en passant par les Antilles françaises, l'île Cocos au large du Costa Rica, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu et l'atoll de Clipperton dans le Pacifique -, il  avait notamment participé à l'opération de dératisation dans l'îlot Teuaua au large de Ua Huka aux Marquises en 2008 en collaboration avec la Société d'Ornithologie de Polynésie (SOP-Manu) et avait fait un inventaire des rongeurs introduits aux îles Australes, lors d'un dernier séjour en Polynésie française en décembre 2011, "avec pour objectif de prendre un mois de vacances sans téléphone ni mail dans un endroit du globe suffisamment isolé pour que les avatars du monde moderne ne puissent me rejoindre" m'avait-il écrit. Nous avions travaillé ensemble pour une expertise collégiale sur "Les espèces envahissantes dans l'archipel néo-calédonien" en 2005 (http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/ed-06-08/010039995.pdf). 

Photo (cliché : JYM) : Michel assis entre Jean-Claude LEFEUVRE (MNHN, Paris) et Andy SHEPPARD (CSIRO, Canberra) au Centre culturel Djibaou (Province sud, Nouvelle-Calédonie) en avril 2005.

Jean-Claude, Michel Pascal & Andy-Nouvelle-Calédonie-Centr

Outre de nombreux articles et ouvrages scientifiques à portée nationale et internationale, il laisse à la Polynésie française ce petit poème publié dans le bulletin de la SOP-Manu en 2009 (http://www.manu.pf/PDF/TeManu65.pdf) :

Le Kiore et la Kaveka – Conte Marquisien du Motu Teuaua de l’île d’Ua Huka

Au mois d’octobre, c’est bien connu

Les Kavekas ont disparu.

Mais deux mille huit a fait, dit-on

À cette belle règle une exception :

Elles sont venues, elles sont toutes là,

Mêmes celles du sud d’Ua Huka,

Elles sont toutes là, les Kavekas !

Sur le motu de Teuaua,

Elles mènent un bien furieux branle-bas,

Les pauv’ kiorés font profil bas,

N’en mènent pas large les ratas ! 

Photo (cliché : JYM) : sternes fuligineuses Sterna fuscata (Laridae, "kaveka" en marquisien) nichant au sol sur l'îlot ("motu") Teuaua en juillet 2005 où subsistait alors une population de rats du Pacifique Rattus exulans ("kio'e" en marquisien, " 'iore" en tahitien, "kiore" en maori) introduit lors des migrations polynésiennes il y a environ 1000 ans.

Ua Huka-motu Teuaua-31 juillet 2005-kaveka au nid  

Une petite interview, parue en 2008 dans la revue "Sciences Ouest" (http://www.espace-sciences.org/archives/jsp/fiche_article_1224162245520.html), reflétait très bien l'esprit du chercheur... et de l'homme.

MASALAM MICHEL !

 

11 janvier 2013 : sortie terrain vallons au dessus du Col Hamuta, Tahiti Nui (Société)

Sortie sur le sentier de Fare Rau 'Ape ("Belvédère", commune de Pirae) menant au mont Aora'i, troisième plus haut sommet de l'île de Tahiti (2066 m), avec Maruiti TEROROTUA (Corps des Volontaires au Développement à la Délégation à la Recherche de la Polynésie française 2012-2013) et prospection des vallons entre 950 et 1250 m au dessus du col Hamuta afin d'identifier des sites potentiels pour l'installation de parcelles d'étude de la diversité floristique le long d'un gradient altitudinal, dans le cadre du programme de recherche "MoveClim" (http://moveclim.blogspot.com/) financé par l'Agence Nationale de la Recherche pour le projet régional européeen "NetBiome" (http://www.netbiome.org).

Photo 1 (cliché : JYM) : vue d'un grand vallon "suspendu" vers 1200 m d'altitude, en forêt ombrophile de montagne (ou "forêt de nuages") dominée par l'arbre Weinmannia parviflora var. parviflora (Cunoniaceae, nom tahitien " 'aito mou'a") endémique des îles de la Société, avec Ascarina polystachya (Chloranthaceae, "araihau") et Alstonia costata (Apocynaceae, "atahe"), et envahi par le miconia (Miconia calvescens, Melastomataceae) et par le "framboisier" Rubus rosifolius (Rosaceae) en sous-bois.

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-vallon forêt nuages 

Photo 2 (cliché : JYM) : inflorescence d'Allophylus rhomboidalis (Sapindaceae), petit arbre endémique de Polynésie orientale (archipels des Australes, Société, Marquises, Tuamotu et Pitcairn) à très grande répartition altitudinale et tolérance écologique : des atolls soulevés de Makatea, Niau et Henderson (Pitcairn) sur substrat calcaire aux îles basaltiques hautes, du niveau de la mer jusqu'à 1300 m à Tahiti.

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Allophyllus infl 

 

 

Photo 3 (cliché : JYM) : Psychotria sp. nov. (Rubiaceae, en cours de description sous le nom P. paulae) en boutons floraux, fleurs et fruits verts. Un suivi phénologique mené depuis la découverte en 1999 de cette unique population connue sur l'île de Tahiti vers 950-980 m d'altitude, indique une floraison synchrone des 4 petits arbres reproducteurs entre novembre et avril, c'est-à-dire pendant la "saison des pluies".

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Psychotria paulae

 

 

 

 

 

 

Photo 4 (cliché : JYM) : infrutescence de Geniostoma astylum (syn. G. rupestre, Loganiaceae, "faipuu" selon NADEAUD, 1864), petit arbre endémique de Tahiti, Moorea et Raiatea, trouvé en forêt hygrophile de moyenne et haute altitude jusqu'à 1600 m (JYM, obs. pers.).

Tahiti-Hamuta-11 janvier 20913-Geniostoma fruits

Photo 5 (cliché : JYM) : crosse de la grande fougère indigène terrestre Cyclosorus longissimus (syn. Chingia longissima, Thelypteridaceae), trouvées dans les îles de la Société et aux Marquises également en forêt hygrophile de moyenne et haute altitude.

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Chingia longissima crosse

 

 

 

 

 

 

 

Photo 6 (cliché : JYM) : Maruiti sous un individu juvénile de Sclerotheca arborea (Campanulaceae, "maame" selon DRAKE DEL CASTILLO, 1893), espèce endémique de Tahiti menacée de disparition et légalement protégée, en lisière de forêt envahie par le miconia (Miconia calvescens, Melastomataceae) dont le "pied-mère" a disparu en 2005.

 Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Maruiti & Sclerotheca 

 

Photo 7 (cliché : JYM) : inflorescence et infrutescence de Melicope cf. tahitensis (Rutaceae), arbre endémique de Tahiti se différenciant de M. lucida (syn. M. auriculata), qui lui est pylogénétiquement très proche, par la pubescence recouvrant le revers de ses feuilles trifoliées, ses pédoncules floraux et fructifères et par son écologie (dans les vallons ombragés plutôt que sur crêtes ensoleillées).

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Melicope cf tahitensis fl & f

 

 

 

Photo 8 (cliché : JYM) : inflorescence aux fleurs très parfumées de Phreatia tahitensis, petite orchidée endémique des îles de la Société, en épiphyte sur branche d'Ilex anomala (Aquifoliaceae) vers 1130 m d'altitude. Cette espèce rarement trouvée entre 800 et 1500 m à Tahiti Nui se différencie de l'espèce indigène Octarrhena myosorus (syn.Eria myosorusPhreatia myosorus, P. matthewsii), plus commune à basse altitude (les deux espèces ont été illustrées et comparées dans l'ouvrage "Illustrationes Florae Insularum Maris Pacifici" de E. DRAKE DEL CASTILLO, 1886-1892).

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Phreatia tahitensis inflphreatia 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 9 (cliché : JYM) : fleur de Cyrtandra cf. taitensis (Gesneriaceae, "aape" selon GUILLEMIN 1837, "haahape" selon NADEAUD, 1873), arbuste endémique de Tahiti, reconnaissable des 11 autres espèces endémiques présentes sur l'île par ses extrémités noires et ses feuilles elliptiques à marge ondulée, relativement commun en lisière de forêt entre 900 et 1000 m sur le sentier de l'Aorai.

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Cyrtandra nigra fleur 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 10 (cliché : JYM) : Zehneria tahitensis (syn. Z. grayana var. grayana, Cucurbitaceae), petite liane volubile endémique de Tahiti (WILDE & DUYFJES, 2006. Blumea 51: 1-88), dessinée par Sydney PARKINSON en 1769, actuellement rare en forêt ombrophile à Tahiti, observé ici vers 1180 m.

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Zehneria Zehneria grayana

 

 

 

 

 

 

 

Photo 11 (cliché : JYM) : Samoana cf. diaphana (Partulidae), petit escargot arboricole endémique menacé de disparition, sous feuille d'avocatier Persea americana (Lauraceae) planté vers 1120 m d'altitude le long du sentier par les chasseurs.

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Samoana sur feuille avocatier 

 

 

 

 

 

Photo 12 (cliché : JYM) : rencontre avec la famille KITALONG de la République de Palau (Micronésie), en ballade sur le sentier partant du "restaurant du Belvédère" vers 650 m : de gauche à droite, Clarence (forestier et botaniste), Ann (ethnobotaniste), leur fils Christopher (phyto-chimiste et écologue) et petit-fils (futur biologiste de la conservation ?).

Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-JYM & family

 

23 janvier 2013 : sortie terrain sous Fare Mato, Tahiti Nui (Société)

Prospection d'un vallon situé entre 1150 et 1250 m d'altitude, sous la crête menant au refuge de "Fare Mato" (1400 m), et installation d'une première parcelle permanente d'étude (quadrat 10 x 10 m) avec Maruiti TEROROTUA (CVD à la Délégation à la Recherche) pour le programme de recherche "Montane Vegetation as Listening Posts for Climate Change" (http://moveclim.blogspot.com/) mené dans plusieurs îles des collectivités ultramarines européennes (Açores, Canaries, Guadeloupe, La Réunion et Tahiti).

Photo 1 (cliché : JYM) : sous-bois typique de forêt ombrophile d'altitude (forêt de nuages) baigné dans la brume, avec l'arbrisseau dressé Macropiper latifolium (Piperaceae), les fougères arborescentes Cyathea spp. (Cyatheaceae, "mama'u" en tahitien), la liane ligneuse Freycinetia sp. (Pandanaceae, "fara pape" ou "farapepe" selon NADEAUD, 1873) et la grande fougère terrestre Marattia salicina (Marattiaceae, "para") vers 1200 m d'altitude.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-vallon Cyathea & Macropipe

Photo 2 (cliché : JYM) : Macropiper latifolium (Piperaceae, "'ava'avairai" selon NADEAUD, 1873, ou "''ava'avavairai" en tahitien, "kava kava atua" en marquisien), espèce indigène aux rameaux verts dressés atteignant 3 à 4 m de hauteur, et aux épis fructifères de couleur rouge vif à maturité, trouvé jusqu'à 1700 m d'altitude.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Macropiper latifo-copie-1

 

Photo 3 (cliché : JYM) : Cyathea epaleata (Cyatheaceae), fougère endémique de la Société, la plus rare des trois espèces de fougères arborescentes rencontrées en forêt de nuages, dont le stipe dressé ne dépasse en général pas 2 à 3 m de hauteur.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Cyathea epaleata

 

 

 

 

Photo 4 (cliché : JYM) : découverte d'une population d'une dizaine d'individus de Psychotria speciosa (Rubiaceae), arbuste de 3-4 m de hauteur endémique de Tahiti, variété à grandes fleurs sessiles au calice tronqué à denté et aux gros fruits ronds ou obovales, encore verts lors de l'observation.

Tahiti-Fare Mato-18 kanvier 2013-Psychotria speciosa fleur

 

 

 

Photo 5 (cliché : JYM) : inflorescences très florifère d'Ilex anomala (Aquifoliaceae, "mairai" en tahitien selon NADEAUD, 1873), arbre indigène commun en forêt ombrophile jusqu'aux plus hauts sommets de l'île (2200 m).

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Ilex anomala fleurs

 

Photo 6 (cliché : JYM) : fruits verts de Ophiorrhiza tahitensis (Rubiaceae), petite herbacée endémique des forêts de nuages, devenue rare suite à l'invasion par le miconia.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Ophiorrhiza tahitensis fru

 

 

 

 

 

 

 

Photo 7 (cliché : JYM) : fronde fertile de Tmesipteris gracilis (Psilotaceae), petite fougère épiphyte aux frondes pendantes, endémique de Polynésie française, souvent observée à la base des stipes moussus des fougères arborescentes, et caractéristiques des forêts de nuages de la Société et des Marquises, trouvée entre 800 et 1800 m d'altitude sur la côte ouest de Tahiti Nui.

Tahiti-Fare Mato-189 janvier 2013-fougère fertile

 

Photo 8 (cliché : JYM) : infrutescence (épi dressé) de Peperomia tetraphylla (Piperaceae), petite herbacée indigène épiphyte aux feuilles charnues, uniquement trouvée en forêt de nuages à Tahiti et à Rapa.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Peperomia infrut

 

 

 

 

Photo 9 (cliché : JYM) : mouches Drosophila sp. (Diptera) sur carpophore d'un champignon (non identifié) poussant sur tronc d'arbre mort.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Drosophila sur champignon

 

Photo 10 (cliché : JYM) : découverte d'une population du petit escargot arboricole endémique Partula otaheitana(Partulidae) vers 1200 m, sous grandes feuilles de Cyrtandra nadeaudii (Gesneriaceae), arbuste endémique de Tahiti.

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Partula otaheitana sous Cu    

 

Photo 11 (cliché : JYM) : fruits verts et mûrs de Dianella adenanthera (syn. D. intermedia, Hemerocallidaceae ou Xanthorrhoeaceae), herbacée indigène pionnière en zone ouverte, communément observée sur les crêtes entre 600 et 2200 m d'altitude à Tahiti, et entre 0 et 600 m aux Australes, au climat plus frais. Des graines de pollen subfossiles de cette espèce, ou un taxon très proche, ont récemment été trouvées dans les sédiments du lac Rano Raraku sur l'île de Pâques (Rapa Nui) où elle est actuellement éteinte (Matiu PREBBLE, comm. pers.).

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Dianella intermedia fruits

 

Photo 12 (cliché : JYM) : Ptilope de la Société Ptilinopus purpuratus (Columbidae, " 'u'upa") posé sur branche de miconia (Miconia calvescens, Melastomataceae), observé jusqu'à 1220 m d'altitude dans le vallon prospecté, la plus haute altitude connue pour cet oiseau frugivore généraliste.

Tahiti-Col Hamuta-14 sept 2012-Ptilinopus purpuratus 1000 m

  

 

 

 

 

 

 

Photo 13 (cliché : JYM) : Maruiti mesurant les diamètres des tiges des espèces ligneuses dans la parcelle d'étude (quadrat 10 x 10 m) dont la strate herbacée est dominée par le "framboisier" Rubus rosifolius (Rosaceae), une ronce introduite extrêmement envahissantes dans les vallons humides d'altitude où la canopée forestière a été ouverte (par les cyclones notamment). La mesure de la surface terrière ("basal area") montre une relative dominance des ligneux indigènes et endémiques (Weinmannia parviflora, Cunoniaceae, Alstonia costata, Apocynaceae, Coprosma taitensis, Rubiaceae et fougères arborescentes Cyathea affinis et C. societarum) alors que le nombre de tiges est largement en faveur du petit arbre envahissant Miconia calvescens (Melastomataceae).

Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-Maruiti mesure    

 

14 février 2013 : sortie terrain Fare Mato, Tahiti Nui (Société)

Troisième sortie terrain de l'année sur le sentier menant au mont Aora'i (2066 m) pour la poursuite de l'installation de parcelles permanentes afin d'étudier la diversité floristique le long d'un gradient altitudinal, dans le cadre du programme de recherche "MoveClim" avec Maruiti TEROROTUA (CVD à la Délégation à la Recherche)... après deux mois de pluies quasi-ininterrompues (40 jours de pluies à Tahiti entre le 1er décembre et le 31 janvier, soit des précipitations excédentaires de plus de 50% par rapport à la moyenne, selon Météo-France, Direction interrégionale de Polynésie française, http://www.meteo.pf/) !

Photo 1 (cliché : JYM) : crête "enuagées" avant le "Rocher du Diable", vers 1400 m d'altitude.

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Rocher du Diable dans la 

Photo 2 (cliché : JYM) : vallon "suspendu" vers 1300 m d'altitude, à grandes fougères arborescentes Cyathea spp. (Cyatheaceae, "mama'u" en tahitien) atteignant 12-14 m de hauteur, dans une brume persistente et une hygrométrie forte, caractéristiques des forêts ombrophiles d'altitude dites "forêts de nuages".

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Cyathea & Streblus dans l 

Photo 3 (cliché : JYM) : Infrutescence de Streblus anthropophagorum (Moraceae, "matimati" en tahitien selon NADEAUD, 1864, 1873), arbre indigène dans le Pacifique Sud (Fidji, Samoa, Tonga, Cook, Société, Marquises) et à grande répartition altitudinale : trouvé du niveau de la mer sur substrat corallien (dans les atolls soulevés des îles Cook) jusqu'à haute altitude à Tahiti, où il est trouvé dans les vallons humides des forêts de nuages entre 900 et 1870 m. Son nom d'espèce tient son origine au fait que ses feuilles étaient mangées cuites avec de la viande humaine aux îles Fidji (SMITH, 1981. Flora Vitiensis Nova. A New Flora of Fiji) !

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Streblus infrut verts

Photo 4 (cliché : JYM) : Fronde fertile de la fougère épiphyte Loxogramme parksii (Polypodiaceae), espèce endémique des forêts de nuages à Tahiti, observée entre 500 et 1800 m d'altitude (JYM, obs. pers.), et sur l'île de Rapa aux Australes entre 400 et 590 m.

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Loxogramme parksii fertil

 

 

 

 

 

 

 

Photo 5 (cliché : JYM) : Jeune inflorescence de Psychotria marauensis (Rubiaceae), arbuste endémique de la côte nord-ouest de Tahiti Nui, à répartition altitudinale étroite, trouvé dans des vallons et sur crêtes entre 800 et 1500 m.

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 Psychotria marauensis inf

 

Photo 6 (cliché : JYM) : Infrutescence de Coriaria ruscifolia subsp. ruscifolia (Coriariaceae), arbrisseau lianescent indigène (sous-espèce également trouvée dans les Andes, en Papouasie-Nouvelle Guinée et en Nouvelle-Zélande) dont l'altitude basse se situe vers 1400 m sur l'île de Tahiti et trouvé jusqu'à 2050 m d'altitude sur les crêtes du mont Aorai (et 2200 m au mont Orohena) où il a été collecté pour la première fois par Jean NADEAUD lors de son ascension en avril 1858.

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 Coriaria fruist

 

 

 

 

Photo 7 (cliché : JYM) : Fleurs de Vaccinium cereum var. cereum (Ericaceae, "opu opu" en tahitien selon GUILLEMIN, 1837 et NADEAUD, 1873), arbuste endémique de Tahiti (entre 800 et 2240 m au sommet de l'Orohena) et Moorea (entre 700 et 1207 m au sommet du Tohiea).

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 Vaccinium

Photo 8 (cliché : JYM) : inflorescence et bractées de couleur orange-vif de Freycinetia impavida (Pandanaceae), liane ligneuse indigène à très large répartition altitudinale, consommées par les rats Rattus sp.

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 Freycinetia infrut mangé

 

 

 

 

 

 

 

Photo 9 (cliché : JYM) : Fougère Sticherus tahitensis (syn. Gleichenia tahitensis, Gleicheniaceae) endémique des îles de la Société (Tahiti, Moorea, Raiatea), principalement trouvée sur crêtes sommitales entre 675 et 1900 m à Tahiti.

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Sticherus tahitensis

 

 

 

 

 

Photo 10 (cliché : JYM) : lichen encroûtant Pseudocyphellaria cf. aurata (Lobariaceae: Peltigerales, identification par Howard FOX, DBN Herbarium, National Botanic Gardens, Dublin), espèce pantropicale caractéristique des forêts de nuages.

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 lichen

 

 

 

Photo 11 (cliché : JYM) : Fruit mûr de Melastoma malabathricum subsp. malabathricum (syn. M. denticulatum, Melastomataceae, "motu" selon GUILLEMIN, 1837, "motuu" selon NADEAUD 1873), une baie charnue s'ouvrant à maturité, adaptée à la frugivorie. Cet arbuste indigène, trouvé entre 50 m et jusqu'à 1400 m d'altitude à Tahiti (JYM, obs. pers.), est un colonisateur de zones ouvertes et perturbées comme les nombreux glissements de terrain créés lors de la saison des pluies.

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Melastoma fruit mur

 

 

 

 

 

Photo 12 (cliché : JYM) : Inflorescence (fleurs hermaphrodites à 6 étamines) et jeunes fruits verts de Reynoldsia verrucosa (Araliaceae, "vipe" selon NADEAUD, 1864), arbre endémique des îles de la Société, trouvé exclusivement en f orêts de nuages entre 800 et 2100 m d'altitude (au mont Pito Hiti) à Tahiti.

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 Reynoldsia verrucosa infl

Photo 13 (cliché : JYM) : Bourgeons apicaux de Metrosideros collina (Myrtaceae, "pua rata"), arbuste à grand arbre indigène à très large répartition altitudinale, de 100 m d'altitude aux plus hauts sommets. La pubescence observée sur les bourgeons, le dessous des feuilles, le pédoncule des inflorescences ou sur les boutons floraux serait une adaptation aux conditions écologiques particulièrement contraignantes à haute altitude : températures basses, rayonnement UV, vents violents, insolation élevée et donc forte évapotranspiration.

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Metrosideros collina bour

 

 

 

 

 

Photo 14 (cliché : JYM) : Fruits mûrs ("follicules" pendantes et arquées) d'Alstonia costata (Apocynaceae, "atahe" selon GUILLEMIN 1837 et NADEAUD 1864), petit arbre indigène commun dans les forêts hygrophiles et ombrophiles des îles de la Société entre 150 et 1500 m d'altitude (dessiné dans E. DRAKE DEL CASTILLO, 1886-1892. Illustrationes Florae Insularum Maris Pacifici).

Tahiti Fare Mato 12 février 2013 Alstonia costata fruits malstonia NEW

 

 

 

 

 

 

 

Photo 15 (cliché : JYM) : "Coussin" de mousse Holomitrium cylindraceum (identification par Jacques BARDAT, Muséum national d'Histoire naturelle, Paris).

Tahiti-Fare Mato-14 février 2013-mousses sur branche morte

Photo 16 (cliché : JYM) : jeune plant isolé de Miconia calvescens (Melastomataceae), petit arbre introduit extrêmement envahissant, en limite supérieure de sa zone actuelle de répartition vers 1400 m d'altitude (une petite plantule a été observée sur le sentier à 1550 m, JYM, obs. pers.).

Tahiti Fare Mato 14 février 2013 Miconia calvescens 1400 m

 

 

 

Photo 17 (cliché : JYM) : Refuge de "Fare Mato" vers 1380 m d'altitude, construit en 1990 par l'association de protection de la nature "Te Rau 'Ati'Ati a Tau a Hiti Noa Tu", aujourd'hui dégradé par les visiteurs  ("tags", vitres des fenêtres et de la porte cassées, plancher troué, gouttière démontée...) et ses toilettes ("fare vao" en tahitien) avec un bosquet de l'arbuste introduit envahissant Lantana camara (Verbenaceae) également en limite haute de sa répartition (entre 1400-1500 m).

Tahiti Fare Mato 4 février 2013 refuge tagguéTahiti Fare Mato 14 février 2013 Lantana & toilettes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
26 février 2013 : sortie terrain Fare Rau 'Ape à Fare Mato, Tahiti Nui (Société)
 
Quatrième sortie terrain avec Maruiti TEROROTUA (CVD, Délégation à la Recherche de la Polynésie française) pour l'installation de placettes permanentes le long d'un gradient altitudinal entre le Belvédère ou "Fare Rau 'Ape" (commune de Pirae), situé vers 600 m, et le mont Aora'i (2066 m), dans le cadre du programme de recherche "MoveClim"(http://moveclim.blogspot.com) afin d'y étudier la diversité floristique, notamment des  bryophytes (mousses) et des ptéridophytes (fougères), et la répartition altitudinale des espèces indigènes, endémiques et introduites (naturalisées et envahissantes).
 
Photo 1 (cliché : JYM) : forêt ombrophile d'altitude ("forêt de nuages") dense sempervirente dominée par le grand arbre endémique Weinmannia parviflora (Cunoniaceae, "aito mou'a" en tahitien) dans les vallons situés sous "Fare Mato", refuge construit vers 1380 m, et composée majorairement d'espèces végétales indigènes et endémiques.
Tahiti-Fare Mato-18 janvier 2013-vallon sous Fare Mato
 
Photo 2 (cliché : JYM) : Neochmia temporalis (syn. Emblema temporalis, Estrildidae), petit passereau granivore et grégaire, originaire d'Australie (appelé "Red-browed Finch" ou "Red-browed Firetail" en raison d'un bec, masque et croupion de couleur rouge-vif ), et introduit au 19ème siècle à Tahiti où il était connu pour fréquenter "les vallées et les plateaux de l'intérieur jusqu'à 700 m d'altitude". Un groupe d'une dizaine d'individus a été observé le long du sentier menant au refuge de Fare Mato entre 1200 et 1300 m d'altitude. L'espèce est également établie à Moorea et aux Marquises.
Aorai-30 juillet 2013-Neochmia temporalis
 
Photo 3 (cliché : JYM) : fronde de la petite fougère terrestre Pityrogramma calomelanos var. austroamericana (Pteridaceae, "Gold fern" ou "Gold-dust fern" en raison d'un indumentum de couleur jaune vif recouvrant la face inférieure des frondes), une espèce introduite  qui s'est naturalisée à Tahiti jusqu'à 2000 m d'altitude en zone ouverte ou perturbée, notamment sur les lentilles d'érosion et glissements de terrain.
Tahiti-Hamuta-11 janvier 2013-Pityrogramma
 
 

Photo 4 (cliché : JYM) : Pinnules fertiles de la petite fougère saxicole Adiantum raddianum (aux sores "réniformes", en forme de reins ou de croissant, se différenciant ainsi de A. capillus-veneris aux sores plus rectilignes, Adiantaceae), autre espèce introduite largement naturalisée, observée ici à 1200 m sur rochers suintants.

Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-Adiantum raddianum fertil
 
 
 
Photo 5 (cliché : JYM) : Invasion du sous-bois de forêt ombrophile ouverte par la ronce Rubus rosifolius (Rosaceae), une espèce capable également de coloniser des zones perturbées ou brûlées jusqu'aux plus hauts sommets (mont Orohena à 2240 m). Sa prolifération à Tahiti serait liée à l'ouverture de la canopée forestière suite à la série de cyclones ayant frappé l'île en 1982-83.
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-invasion Rubus rosifolius
Photo 6 (cliché : JYM) : Stipe à petite épines de la fougère lianescente Dennstaedtia scandens (Dennstaedtiaceae), une espèce indigène héliophile qui était plus commune, notamment dans la haute vallée de Tipaerui sous le mont Marau, après les cyclones de 1982-83 (J. FLORENCE, comm. pers.).
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-fougère à épines Denns
 
Photo 7 (cliché : JYM) : Stipe poilu de Dennstaedtia flaccida, grande fougère terrestre indigène très rare et peu collectée depuis sa découverte à Tahiti (sous le nom de Trichomanes flaccidum, puis renommée Cyathea flaccida !) par les botanistes Johann Reinhold FORSTER et son fils J. Georg FORSTER lors du second voyage autour du monde de James COOK (1772-1775).
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-fougère stipe poilu
 
 
 
 
 
 
Photo 8 (cliché : JYM) : Huperzia haeckelii (Lycopodiaceae), fougère épiphyte en touffe retombante, endémique des île de la Société (Tahiti, Raiatea) où elle est trouvée en forêt de nuages entre 800 et 1950 m d'altitude.
Tahiti-Fare Mato-14 février 2013-Lycopodium haeckelii pend
 
 
 
Photo 9 (cliché : JYM) : Huperzia ribourtii (Lycopodiaceae), fougère épiphyte dressée ou retombante, endémique de la Polynésie orientale (Tahiti Moorea et Raiatea dans la Société, Rarotonga aux îles Cook) à amplitude écologique plus large que la précédente espèce, trouvée entre 280 et 1800 m.
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-Lycopodium ribourtii
 
 
Photo 10 (cliché : JYM) : Feuilles presque sessiles et à marge crénelées de Cyrtandra mucronata (Gesneriaceae), espèce endémique de Tahiti relativement commune dans les vallons humides et ombragés entre 1200 et 1300 m d'altitude, en mélange avec C. nadeaudii, autre espèce endémique de l'île.
Tahiti-Fare Mato-23 janvier 2013-Cyrtandra mucronata feuill
 
 
 
 
Photo 11 (cliché : JYM) : Fleurs de Dendrobium involutum (Orchidaceae), petite orchidée indigène épiphyte à tiges dressée, commune jusqu'à 1400 m d'altitude.
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-Dendrobium cf. involutum
 
 
Photo 12 (cliché : JYM) : Mousse érigée Rhizogonium setosum (syn. Pyrrhobryum setosum, détermination par Jacques BARDAT, MNHN, Paris) avec ses capsules dressées, formant des manchons sur les tiges et troncs, déja collectée entre 1030 et 1930 m sur le "Fare Rau Ape-Mt. Aorai trail above old French Alpine Club buildings" par Henri WHITTIER en 1960 (dessin extrait de WHITTIER, 1976. "Mosses of the Society Islands").
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-mousses (JYM)
 
mousse NEW
 
 
Photo 13 (cliché : JYM) : Mousse prostrée Distichophyllum spathulatum (syn. D. tahitense) aux feuilles arrondies, collectée par Jean NADEAUD en 1873 (sous le nom de Mniadelphus spathulatus) sur la presqu'île de Tahiti Iti (Taiarapu, plateau Tatefau ?) et entre 800 et 1800 m sur Tahiti Nui, en général au sol sur humus ou en épiphyte, et souvent en sous-bois sombre (dessin extrait de WHITTIER, 1976. "Mosses of the Society Islands").
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-bryophyte
 
bryophyte NEW
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photo 14 (cliché : JYM) : "bulbille" sur stipe de Cyathea epaleata (Cyatheaceae), fougère arborescente endémique de la Société, relativement commune dans les vallons boisés sous le sentier menant au mont Aorai entre 1200 et 1300 m d'altitude, permettant une multiplication végétative.
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-Cyathea epaleata bulbille
 
 
 
Photo 15 (cliché : JYM) : Découverte d'une nouvelle population de Partula otaheitana (Partulidae) vers 1300 m, escargot arboricole endémique de Tahiti menacé de disparition.
Tahiti-Fare Mato-26 février 2013-Partula otahietana sous M
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photo 16 (cliché : JYM) : Fleurs épanouies de Miconia calvescens (Melastomataceae), petit arbre introduit comme plante ornementale au jardin botanique de Papeari en 1937 et devenu depuis l'une des principales espèces envahissantes dans les îles de Tahiti, Moorea et Raiatea (Société) et en phase de début d'invasion à Nuku Hiva et Fatu Hiva (Marquises). Cette espèce aux petites fleurs hermaphrodites odorantes est capable de s'autoféconder en absence d'insectes pollinisateurs, et présente trois pi

cs de floraison par an à Tahiti.

Tahiti-Belvédère-26 février 2013-Miconia calvescens infl
 
 
Photo 17 (cliché : JYM) : fleurs et fruits de Schinus terebinthifolius (Anacardiaceae, "faux-poivrier"), également introduite au jardin botanique de Papeari en 1927, actuellement en phase d'invasion sur l'île de Tahiti, notamment le long du sentier partant du Belvédère jusqu'à 800 m d'altitude.
Tahiti-Belvédère-26 février 2010-Schinus fleurs & fruits
Photo 18 (cliché : JYM) : Inflorescence de Clerodendron macrostegium (Verbenaceae), plus récemment introduite sur l'île de Tahiti comme ornementale. Cultivée dans la "propriété MACLET" sur la route menant au Belvédère vers 400 m où elle est présente au moins depuis 1984, elle s'est naturalisée en contrebas dans la végétation environnante.
 
Tahiti-Belvédère-26 février 2013-Clerodendrum macrostegi
 

11-16 mars 2013 : conférence "PACE-Net", réunion "GOPS" & field trip Mt Korobaba, Viti Levu (FIJI)

Participation à la conférence clôturant le programme "Pacific-Europe Network for Science and Technology" (ou "PACE-Net", http://pacenet.eu/) et à la réunion annuelle du conseil scientifique du "Grand observatoire de l'environnement et de la biodiversité terrestre et marine du Pacifique Sud" (ou "GOPS", http://www.observatoire-gops.org/fr) à l'University of the South Pacific (USP) à Suva (île de Viti Levu, Fidji).

Photo 1 (cliché : JYM) : le "Japan-Pacific ICT (Information Communication and Technology) Building" où s'est tenue la "PACE-Net Key Stakeholders Conference" du 12 au 14 mars (http://suva-conference.pacenet.eu/). Construit grâce à une aide financière du Japon (26,3 millions d'euros), ce centre de conférence a été inauguré sur le "Laucala Campus" de USP en juillet 2010.

FIJI-Suva-USP-mars 2013-Pacific Japan building

Photo 2 (cliché : JYM) : l'un des panels d'experts de la conférence "PACE-Net", un programme de trois ans (2010-2013) financé par le "7th Framework Program for Research and Technological Development" de la Commission Européenne et dont l'objectif principal est renforcer le dialogue et la planification des domaines de la Science et de la Technologie entre l'Europe et les Pays et Territoires du Pacifique (http://pacenet.eu/project-1).

FIJI-Suva-USP-mars 2013-panel Pace-Net 

 

Photo 3 (cliché : JYM) : réunion annuelle à l'USP des membres du conseil scientifique du GOPS (http://www.observatoire-gops.org/fr/comite-scientifique), constitué de 15 experts de France métropolitaine, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française mais également d'Australie (Australian National University, University of Melbourne, University of New South Wales), de Nouvelle-Zélande (NIWA, Wellington) et plus récemment de Fidji (USP). Cette réunion a été facilité par le prof. Elisabeth HOLLAND et Helène JACOT DE COMBES du "Pacific Centre for Environment and Sustainable Development" de l'USP (http://www.usp.ac.fj/index.php?id=3917).

FIJI-Suva-USP-mars 2013-team GOPS 

Photo 4 (cliché : JYM) : Bernard PELLETIER (IRD, Nouméa), directeur du GOPS, un Groupement d'Intérêt Scientifique créé en 2009 regroupant 17 universités et organismes de recherche français et dont l'objectif principal est "de fédérer les activités de recherche dans le Pacifique, coordonner les initiatives, mutualiser les dispositifs et renfocer la lisibilité". Le GOPS a financé en 2012 huit projets de recherche (sur 23 déposés) pour un montant de 100 000 euros.

FIJI-Suva-USP-mars 2013-Bernard & tubes

Photo 5 (cliché : JYM) : Visite, guidée par Hervé DAMLAMIAN ("Ocean and Islands Programme"), des locaux de la SOPAC (http://www.sopac.org/) rattachée à la SPC ("Secretariat of the Pacific Community") depuis 2011 sous le nom de "Applied Geoscience and Technology Division".

FIJI-Suva-mars 2013-visite SOPAC 

 

Photo 6 (cliché : JYM) : visite de l'herbier ("South Pacific Regional Herbarium") et des collections naturelles terrestres de l'"Institute of Applied Science" de l'USP avec Marika TUIWAWA, conservateur de l'herbier (http://www.usp.ac.fj/?2780). Cet herbier héberge plus de 50 000 échantillons de plantes vasculaires de différents pays du Pacifique Sud dont la collection des îles Salomon suite à la destruction partielle des locaux de son herbier à Honiara.

FIJI-Suva-USP-mars 2013-Marika & team GOPS 

Photo 7 (cliché : JYM) : salle de culture in vitro de variétés cultivées des principales plantes alimentaires du Pacifique (taros, ignames, patates douces, bananiers, maniocs et arbres à pain) du "Centre for Pacific Crops and Trees" de la SPC à Suva. Créé en 2007, ce centre a pour objectif  "d'assister les Pays et Territoires du Pacifique pour conserver les ressources génétiques de la région et leur fournir un accès à cette diversité" (http://www.spc.int/lrd/index.php?option=com_content&view=article&id=649&Itemid=107).

FIJI-Suva-mars 2013-growth room

 

 

Photo 8 (cliché : JYM) : visite des collections naturelles marines au "School of Marine Sciences" de l'USP (http://www.usp.ac.fj/index.php?id=8659) avec Antoine DE RAMON N'YEURT (USP) et Claude PAYRI (IRD, Nouméa & "Scientific coordinator PACE-Net"), spécialistes des algues du Pacifique Sud.

FIJI-Suva-USP-mars 2013-Claude

 

 

 

 

 

Photo 9 (cliché : JYM) : algue verte Caulerpa racemosa (Caulerpaceae) sur le marché de Suva, faisant partie des 7 espèces d'algues consommées aux îles Fidji (SOUTH, 1993. Edible Seaweeds of Fiji: an Ethnobotanical Study.Botanica Marina 36).

FIJI-Suva-mars 2013-algae

Photo 10 (cliché : JYM) : holoturies ("concombres de mer" ou "bêche de mer") et poulpe vendu sur le marché de Suva.

FIJI-Suva-mars 2013-octopus & rori 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 11 (cliché : JYM) : racines séchées et poudre de kava (Piper methysticum, Piperacaeae, communément appelé "kava" ou "yaqona" en fidjien) au marché de Suva.

FIJI-Suva-mars 2013-kava

Photo 12 (cliché : JYM) : Diplazium esculentum (Athyriaceae, "Vegetable fern"), fougère comestible consommée en Asie (notamment en Inde, Philippines, Malaisie) et en Océanie, vendue sur le marché de Suva avec parfois D. proliferum.

FIJI-Suva-mars 2013-Diplazium

 

 

 

 

 

Photo 13 (cliché : JYM) : vue de la péninsule et du port de Suva (à l'extrême gauche), du village de Lami (à gauche) et de la baie Draunimbota ("Bay of Islands") à partir du sommet du Mont Korobaba (422 m), un cone montagneux situé à environ 8 km au nord-ouest de Suva.

FIJI-Korobaba-mars 2013-vue Suva

Photo 14 (cliché : JYM) : sentier du mont Korobaba traversant différents types de forêts : plantations de Swietenia mahogany, forêts anthropisées, forêts naturelles de basse et moyenne altitude et fourrés d'altitude au sommet. Plus de 310 espèces de plantes vasculaires ont été recensées sur le site dans les années 80 (KIRKPATRICK & HASSALL, 1985. New Zealand Journal of Botany 23) mais pas le tuliper du Gabon Spathodea campanulata (Bignoniaceae) qui s'est récemment établi en forêt (obs. pers.).

FIJI-Korobaba-mars 2013-sign

Photo 15 (cliché : JYM) : inflorescence de Spathoglotis pacifica (Orchidaceae), grande orchidée terrestre indigène.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Spathoglotis pacifica

 

 

 

 

 

 

Photo 16 (cliché : JYM) : fougère Selaginella sp. (Selaginellaceae) aux frondes d'un vert métallique.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Selaginella

 

 

 

 

 

Photo 17 (cliché : JYM) : fruits mûrs de Psychotria sp. (Rubiaceae), l'une des quelques 80 espèces endémiques de l'archipel.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Psychotria

 

 

 

 

 

Photo 18 (cliché : JYM) : Alstonia vitiensis (Apocynaceae, identification par Marika TUIWAWA), grand arbre endémique des Fidji.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Alstonia

Photo 19 (cliché : JYM) : fleurs et fruits caulinaires de Geniostoma macrophyllum (Loganiaceae, identification par Marika TUIWAWA), arbre endémique de Fidji.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Geniostoma

Photo 20 (cliché : JYM) : bouton et fleur de Cyrtandra sp. (Gesneriaceae), arbuste endémique trouvé en sous-bois de forêt humide.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Cyrtandra sp fleur

 

 

 

 

Photo 21 (cliché : JYM) : Phyllanthus wilkesianus (Phyllanthaceae), arbrisseau observé en forêt basse et semi-ouverte vers 400 m d'altitude.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Phyllanthus

Photo 22 (cliché : JYM) : inflorescence de Carruthersia scandens (Apocynaceae), liane ligneuse endémique de Fiji observée au sommet.

FIJI-Korobaba-mars 2013-liane apocynaceae

 

 

 

 

Photo 23 (cliché : JYM) : inflorescence de Claoxylon vitiense (Euphorbiaceae), petit arbre endémique de Fidji, également observé au sommet.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Claoxylon infl

Photo 24 (cliché : JYM) : grande fougère terrestre Dipteris conjugata (Polypodiaceae), trouvée en Asie du Sud-Est (Thailande, Singapour), Malaisie, jusqu'à Wallis et Futuna.

FIJI-Korobaba-15 mars 2013-fern

 

 

 

 

 

Photo 25 (cliché : JYM) : Alivereti NAIKATINI, Senior Technician du "South Pacific Regional Herbarium" de l'USP en sous-bois de forêt humide de moyenne altitude.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Alifereti & rubiaceae

Photo 26 (cliché : JYM) : coupe d'un "pseudobulbe" de Hydnophytum cf. longiflorum (Rubiaceae, identification par Marika TUIWAWA), plante épiphyte myrmécophile.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Rubiaceae myrmecophyte

 

 

 

 

Photo 27 (cliché : JYM) : psyllie Chitoniscus feejeeanus (Phasmidae, Phyllinae), un phasme à allure de feuille endémique de Papouasie Nouvelle-Guinée ("New Britain") et de Fidji.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Psyllie

 

Photo 28 (cliché : JYM) : Emoia concolor (Scincidae), lézard endémique des îles Fidji et de Rotuma, diurne et arboricole, communémment trouvé dans les forêts naturelles humides de basse et haute altitude mais également dans les zones suburbaines et agricoles. Ses principaux prédateurs sont la mangouste introduite Herpestes javanicus ("Small Asian mongoose", Herpestidae) et le boa du Pacifique (Candoia bibroni, Boidae).

FIJI-Korobaba-mars 2013-lézard

 

 

 

 

 

Photo 29 (cliché : JYM) : l'entomologiste Hervé JOURDAN (IRD, Nouméa) et une iule géante (Diplopoda).

FIJI-Korobaba-mars 2013-Hervé & iule

Photo 30 (cliché : JYM) : destruction de la forêt humide de basse altitude liée à une urbanisation et industrialisation croissante en zone périphérique de Suva. La déforestation est la principale cause de perte de la biodiversité aux îles Fidji.

FIJI-Korobaba-mars 2013-bulldozer

 

Photo 32 (cliché : JYM) : Swietenia sp. ("Mahogany"), arbre massivement planté aux îles Fidji depuis 1911, ici écorcé ou coupé illégalement par les "squatters" habitant autour du mont Korobaba.

FIJI-Korobaba-mars 2013-Mahogany ecorce

 

 

 

 

 

 

Photo 33 (cliché : JYM) : sève laiteuse collante du tronc de ? coupé volontairement.

FIJI-Korobaba-15 mars 2013-sticky sap

Photo 34 (cliché : JYM) : Clidemia hirta (Melastomataceae), arbrisseau accidentellement introduit aux îles Fidji entre 1880 et 1886 par Köster (d'où son nom commun de "Koster's curse") et devenu l'une des principale plante envahissante de l'archipel, déclaré "noxious weed" dès 1920. Il a fait l'objet d'un des premiers programme de lutte biologique dans les îles du Pacifique avec l'introduction d'un thrips Liothrips urichi (Thysanoptera) en provenance du Trinidad en 1930 (SIMMONDS, 1933).

FIJI-Korobaba-mars 2013-Clidemia

 

 

 

 

 

 

 

Photo 35 (cliché : JYM) : Inflorescence de Cheilocostus (syn. Costusspeciosus (Costaceae), une grande herbacée dressée originaire d'Asie tropicale et de la région Indo-Malaise, introduite comme plante ornementale aux îles Fidji et naturalisée en forêt humide de moyenne altitude.

FIJI-Korobaba-15 mars 2013-Alpinia

Photo 36 (cliché : JYM) : Sanchezia cf. speciosa (Acanthaceae), autre grande herbacée dressée, naturalisée à basse altitude en bordure de rivière. Parmi les autres adventices ("weeds") trouvées en lisière de forêt figurent Piper aduncum (Piperaceae), Chamaecrista nictitans et Desmanthus virgatus (Fabaceae) (obs. pers.)

FIJI-Korobaba-mars 2013-Sanchezia

 

 

 

 

 

Photo 37 (cliché : JYM) : Bufo marinus ("Cane toad", "Marine toad"), crapaud originaire d'Amérique tropicale introduit à Fidji où il est devenu envahissant dans toutes les principales îles, en zone urbaine et agricole, en végétation littorale et dans les forêts tropicales de basse altitude et où il se nourrit principalement d'insectes. Une seule femelle peut pondre 35 000 oeufs par saison de reproduction ! L'espèce possède des glandes secrétant une toxine laiteuse causant l'irritation de la peau et des yeux.

FIJI-Suva-mars 2013-Bufo 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JYM
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Weblog de JYM
  • Weblog de JYM
  • : biodiversité terrestre-flore-faune-îles-Polynésie-Pacifique
  • Contact

Recherche/search

Photo & Phrase décembre 2014

Bye bye Georges "Tihoti" SANFORD

(parti le 21 décembre 2014)...

Tahiti-Orofero-1998-Sanford-JYM-Salducci (JCT)

Opération de dératisation pour la sauvegarde du Monarque de Tahiti Pomarea nigra, vallée Orofero, Paea, 1998

(cliché : J.-C. THIBAULT)

Visites (2008-2017)

96709

News & Photos 2013-2014