7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 16:18

Chapitre 6 : les grands naturalistes de Polynésie (et du Pacifique)

Comment ne pas rendre hommage en tout premier lieu à "Miss" L. Evelyn CHEESMAN (1881-1969), entomologiste anglaise qui a collecté quelques 70 000 spécimens d'insectes pour le Natural History Museum de Londres (http://www.nhm.ac.uk/nature-online/science-of-natural-history/biographies/evelyn-cheesman/index.html) dans ses différents périples dans le Pacifique Sud, aux îles Salomons, Vanuatu (anciennes Nlles Hébrides), Papouasie Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française (Marquises, Société et Fakarava aux Tuamotu) lors de la fameuse "St George Pacific Expedition" (des Galapagos à Rapa aux Australes, en passant par l'archipel de Madère et les îles Caraïbes !) entre 1924 et 1925. Elle publie notamment la première liste des fourmis de Polynésie française en 1928 (A Contribution towards the Insect Fauna of French Oceania-Part III. Formicidae. Ann. Mag. Nat. Hist. 2(10): 514-525) et relate dans le livre "Hunting Insects in the South Seas" publié en 1932 -l'un de ses 16 ouvrages de vulgarisation- son aventure à Nuku Hiva aux Marquises où elle a bien failli perdre la vie lors d'une ascension (seule !) au dessus de la cascade de Hakaui pour y collecter quelques précieux spécimens. 

couverture livre cheesman

Quelques extraits -rappellant si bien nos propres prospections aux Marquises !- : "The ground sloped steeply away on the other side down to the cliffs above the sea ; and was covered with a scanty grass, with belts of casuarina trees tossing their scarggy branches in the wind, which was blowing so strongly one did not like to remain near the edge of the cliffs. There were plenty of goats ; they had made a distinct path along the sandy ridge above the valley"..."There was one Metrosideros with its wonderful, vermilion flowers full of nectar that attracted all sorts of winged insects. Near the root of one of these I was lucky in finding a very little muddy water, and drank it thankfully, hoping that there were no beasties in it"...

PHOTO (cliché : JYM). Grands Metrosideros collina (Myrtaceae) isolés au dessus de la vallée profonde -véritable canyon- de Hakaui, et bordure sud du plateau de Toovii avec ses plantations actuelles de pins des Caraïbes...

Nuku Hiva-Toovii-10-14 aout 2010-Metrosideros isolés au de

 

Toujours aux îles Marquises, le breton Guillaume LE BRONNEC (1884-1968) arrivé à Tahiti en 1909, y a laissé à la fois un héritage scientifique et une grande famille sur l'île de Hiva Oa où il s'était fixé. Naturaliste dans l'âme ("a great born-naturalist", "un remarquable self-made naturaliste" selon la botaniste franco-américaine Marie-Hélène SACHET qui le rencontre pour la première fois en 1963), il a guidé sur le terrain, informé et collaboré avec les nombreux scientifiques en mission aux Marquises : ceux de la "Bayard Dominick Expedition" en 1920-21, de la "Whitney South Sea Expedition" en 1920-23 et de la "Pacific Entomological Survey" en 1928-30, notamment l'entomologiste anglais Alastair Martin ADAMSON qui a soutenu sa thèse de doctorat en 1935 à UC Berkeley sur l'origine et les affinités de la faune des Marquises. Il a également collecté seul plusieurs centaines d'arthropodes et de plantes terrestres (son herbier a été déposé au Smithsonian Institution de Washington par M.-H. SACHET) lors de prospections avec une petite équipe de marquisiens dans l'ensemble de l'archipel et sur les plus hauts sommets accessibles. De nombreux taxons endémiques des Marquises portent désormais son nom, comme le petit arbre Lebronnecia kokioides décrit par F.R. FOSBERG & M.-H. SACHET en 1966 et l'arbuste Psychotria lebronnecii (devenu synonyme de P. marchionica), la guêpe parasitoïde Trichopria lebronnecii, les araignées Ariadna lebronneci et Lepthyphantes lebronneci, et même un acarien Austrotitia lebronneci ! Le suédois Bengt DANIELSSON qui l'a rencontré en 1951 écrivait : "sa bibliothèque, comprenant aussi bien des romans que des ouvrages scientifiques, en quatre langues, occupait une pièce entière. Sans aucune malice, je dirais qu'à juger de l'état dans lequel se trouvait sa plantation, l'heureux propriétaire d'une telle bibliothèque consacrait certainement plus de temps à cultiver son esprit que ses terres". Le Père Patrick O'REILLY lui rend un vibrant hommage posthumme dans le Journal de la Société des Océanistes (Tome 24, 1968, pp 127-128) : "Son intelligence, sa modestie, son intérêt passionné pour les choses de la nature, sa connaissance raisonnée et approfondie des Marquises, son étonnante mémoire, sa précision, sa bonne humeur et son esprit plein de malice m'avaient séduit"...

J'ai eu le grand privilège de visiter cette bibliothèque et de feuilleter ses carnets de notes chez son fils Alain LE BRONNEC, rencontré pour la première fois lors d'une mission à Hiva Oa en 1996.

PHOTO (cliché : JYM). Portraits de famille à Atuona (Hiva Oa) en octobre 2012 : au centre Alain LEBRONNEC (83 ans), plus jeune fils de Guillaume, à droite Robert LEBRONNEC, fils d'Alain avec un portrait peint de Guillaume, à gauche Teiki RICHMOND, neveu d'Alain avec une photographie de Guillaume et de sa première épouse.

Hiva Oa-Nuku Hiva 4-13 oct 2012-famille Lebronnec (2) 

Partager cet article

Repost 0
Published by JYM
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Weblog de JYM
  • Weblog de JYM
  • : biodiversité terrestre-flore-faune-îles-Polynésie-Pacifique
  • Contact

Recherche/search

Photo & Phrase juil. 2017

In Memoriam

 

Lloyd L. LOOPE

(o4 février 1943-03 juillet 2017)

 

Lloyd & JYM "Weed warriors"

Perth, Australia, 2007

Visites (2008-2017)

97246

News & Photos 2013-2014